Gunnar Norrman (1912-2005), d'origine suédoise, a reçu une formation de botaniste et de pianiste de concert avant de décider de se consacrer principalement à l'art. Autodidacte, il a centré son art pendant cinquante ans exclusivement sur des dessins et gravures en noir et blanc. Ses sujets - des arbres, des fleurs, des paysages de terre et de mer, plus rarement des natures mortes - sont remplis d'une silence poétique évoquant la tradition orientale de révérence et d'humilité devant la nature, un thème fort dans la vie de Norrman. Tout en restituant le moindre détail fragile, il était aussi capable de produire 'des concentrations de noir somptueux' (John Russell, le New York Times, mai 1988), ou de créer l'effet d'une brume fraiche argentée. En tant que musicien accompli il combinait dans son travail la même délicatesse et force nécessaires pour une interprétation de Brahms, Chopin ou Schumann, parmi les compositeurs qu'il admirait le plus.

Depuis sa première exposition individuelle au Musée de Malmö en 1942, Norrman a eu de nombreuses expositions en Europe - avec la Galerie Brusberg à Berlin, Fischer Fine Art à London, et la Galerie Claude Bernard à Paris, inter al. - ainsi qu'au Japon. Aux Etats-Unis, Fitch-Febvrel Gallery organise régulièrement des expositions individuelles depuis sa première exposition en 1980, et la Pucker Gallery à Boston  qui expose l'artiste depuis 1994 présentera sa dixième exposition individuelle accompagnée de catalogue, en 2014. Le catalogue raisonné de l'oeuvre gravé de Gunnar Norrman, édité par Fitch-Febvrel, a paru en 2005.

 

Le travail de Norrman est représenté dans les collections de nombreux musées, y compris celles du Musée Metropolitan à New York, du New York Public Library, et du British Museum, Londres